.

Gowithboh.com

Éthique du GPS dans les téléphones cellulaires

Éthique du GPS dans les téléphones cellulaires

En 2001, une femme composé le 911 après avoir eu un accident de voiture, mais puisqu'elle ne savait pas son emplacement, elle meurt avant la trouva les sauveteurs. Des incidents similaires ont incité passage des Communications sans fil et Public Safety Act de 1999, en vertu duquel tous les fabricants de téléphones cellulaires ont été requis pour l'installation des puces GPS dans les téléphones cellulaires construites après 2006. Alors que la technologie GPS dans les téléphones cellulaires peut promouvoir la sécurité des personnes et présentent d'autres avantages aux utilisateurs, la technologie porte également le potentiel pour des usages contraires à l'éthique qui violent les droits de la vie privée.

GPS et les téléphones cellulaires

Morceau de GPS d'un téléphone portable reçoit plusieurs signaux de satellites orbitaux et triangulation des signaux révèle la position géographique de la puce. Les puces GPS ne fonctionnent comme des récepteurs, mais la technologie du téléphone cellulaire permet au téléphone de transmettre les coordonnées de la puce via réseau sans fil du téléphone. Antenne de téléphone cellulaire relaie les coordonnées pour le réseau, qui fournit les données aux parties autorisés à afficher l'emplacement du propriétaire du téléphone. Une personne autorisée peut alors utiliser un logiciel spécialisé pour trouver les coordonnées sur une carte et déterminer l'emplacement exact de l'utilisateur du téléphone.

Préoccupations relatives à la Surveillance gouvernementale

Tandis que la technologie GPS est ostensiblement censé pour assurer la sécurité personnelle accrue des propriétaires de téléphone, des organisations comme l'American Civil Liberties Union sont inquiètent de la possibilité qu'ils donnent des gouvernements pour espionner sur leurs citoyens. Le 9 novembre 2011, la Cour suprême a commencé entendu les arguments dans États-Unis c. Jones, pour déterminer si application de la Loi doit obtenir un mandat afin de pouvoir pour utiliser la technologie GPS pour suivre un suspect. Les défenseurs comme Catherine Crump de l'ACLU craignent qu'une victoire du gouvernement pourrait permettre une collection sans discernement des données GPS, les fournisseurs de services de téléphone cellulaire souvent conservent pendant plusieurs années et permettent une surveillance sans entraves des dissidents politiques.

Abus potentiels Corporate

Employeurs souvent délivrer équipés de GPS des téléphones cellulaires à leurs employés, parfois sans en informer les travailleurs que les téléphones contiennent des puces GPS. Alors que ces téléphones peuvent faciliter la communication entre un employé et son bureau, elle aussi donne aux employeurs un moyen d'exercer une surveillance sur leurs travailleurs sur et en dehors du travail. Applications basées sur le GPS fournissent des détaillants et autres institutions commerciales avec localisation de l'utilisateur d'un téléphone cellulaire, leur permettant d'envoyer des publicités ciblées aux utilisateurs dans un domaine donné. Alors que les compagnies de donnent aux consommateurs une disposition opt-out, clients souvent ne savent pas qu'ils ont accepté de permettre leur localisation à suivre. Sociétés peuvent également partager leurs données collectées téléphone cellulaire, enterrer la clause dans les subtilités d'un document.

Usages et mésusages au sein des familles

Parents peuvent utiliser la puce GPS d'un téléphone cellulaire pour dépister l'endroit de leur enfant, aidant à localiser un enfant perdu, lui suivre si elle est sortie depuis couvre-feu ou aider l'application de la Loi afin de retrouver sa si elle est enlevée. Certains téléphones permettent aux parents de définir une zone dans laquelle leur enfant est autorisé à voyager, sonnant une alerte si elle s'aventure au-delà de cette zone. La technologie GPS peut également être abusée par des agresseurs lors d'incidents de violence familiale, leur permettant de suivre l'emplacement de leur partenaire quand elle s'enfuit de son agresseur. Fournisseurs peuvent désactiver la puce si les autorités les présentent avec la preuve qu'un partenaire violent a utilisé la fonction GPS du téléphone pour suivre sa victime.